Jeûne fédéral

Description

Les journées de prière et de pénitence trouvent leur origine dans la Bible. C’est "lors de la crise du bas Moyen Age qu’elles firent leur apparition dans les débats de la Diète fédérale". Que ce soit pour cause de guerre, d’épidémie, de disette ou en action de grâce (pour remercier, par exemple, d’avoir été épargné par une guerre), des jeûnes ont été ordonnés tant par les cantons catholiques que protestants.

Le premier Jeûne fédéral remonte au 8 sept. 1796 : on craignait la menace révolutionnaire. Mais c’est en 1832 que la Diète fixe un jour précis (le 3e dimanche de septembre) accepté par tous les cantons (à l’exception des Grisons jusqu’en 1848 et de Genève jusqu’à aujourd’hui).

Si le Jeûne a participé à la consolidation de la Suisse de 1848 et "coïncide avec l’ouverture de la session d’automne du Parlement", sa date "n’a pas d’autre rôle dans le droit fédéral." (Cf. V. Conzemius, Dictionnaire historique de la Suisse, article "Jeûne").

Les cantons protestants de Suisse romande (VD, NE et GE) ainsi que le district du Lac (FR) perpétuent au Jeûne la tradition de la tarte aux pruneaux. Constituant à l’origine l’entier du repas de midi, elle n’en est le plus souvent aujourd’hui que le dessert.

Le recensement du Patrimoine culinaire suisse dit ignorer la date exacte de l’association de cette tarte avec le Jeûne, mais propose le début du XXe s. Et souligne que cette tradition est encore très vivace.

Dans le canton de Vaud

Tout le canton

Remarque

Les cantons de Vaud, Neuchâtel et Jura ont un jour férié supplémentaire lié au Jeûne fédéral : le lundi du Jeûne (lundi qui suit le 3e dimanche de septembre).