Le dépôt lapidaire

De l'urgence de conserver, de la nécessité de collectionner

Au XIXe siècle, des témoins, souvent scandalisés, dénoncent la présence de pierre sculptées abandonnées autour de la cathédrale. Parallèlement à la prise de conscience publique de la valeur des objets antiques et à leur conservation, la présence anarchique de pièces de structure et de décor provenant du monument constitue désormais une source matérielle et documentaire unique de l'histoire du bâtiment. Dès lors, le rassemblement et le dépôt structuré de ces objets enrichissent la connaissance du monument et organise la sauvegarde de ses éléments les plus fragiles. Ainsi nait la collection et le dépôt lapidaire de la cathédrale de Lausanne.

Histoire du dépôt et de la collection

Dès le début du XXe siècle, un dépôt situé dans la cour nord du château Saint-Maire est attesté et accueille en particulier de nombreux chapiteaux de la cathédrale.

La cathédrale elle-même sert de lieu d'exposition de certaines pièces spectaculaires et de lieu d'entreposage à l'abri des regards pour d'autres objets mineurs.

En 1911, les salles aménagées dans le sous-sol archéologique sont affectées à cet usage. Les chapiteaux et tailloirs romans, découverts dans le déambulatoire y sont mis en scène.

Plus tard, dans les années 1930, des copies des statues-colonnes sont notamment exposées dans la chapelle de la Vierge.

Le premier inventaire de la collection

Dressé en 1968, un inventaire des objets issus de la cathédrale est dressé. Il répertorie plusieurs emplacements de dépôt dans l’édifice (étages de la tour du beffroi, grande travée, bas-côté, chapelles des tours de chevet, sous-sol) et à l'extérieur (Saint-Maire, place de la Cathédrale et à Crissier).

Accompagnant les chantiers de restauration, la collection rassemble plusieurs campagnes d'interventions remarquables :

• Le portail Montfalcon, reconstitué entre 1889 et 1909

• La reconstruction du pignon sud du transept avec la rose entre 1907-1909

• L'exploration archéologique de 1909 à1912

• La confection des copies des statues du portail peint, dans les années 1920

• La restauration de la tour du beffroi dès 1948

• Les fouilles de la Place Nord, notamment du cloître

• D’autres travaux plus ponctuels entre 1971 et 1974, et pour ne citer que quelques enrichissements récents, les sondages de ces dernières années dans les combles des bas-côtés de la nef.

Le dépôt lapidaire aujourd'hui

La très riche collection lapidaire de la cathédrale rassemble depuis 1979 dans un nouveau dépôt les différents ensembles suivants :

Les moulages (plâtres)

      - Les panneaux sculptés des stalles de 1509

      - Les statues, voussures, éléments architecturaux du portail Monfalcon

      - Les statues, colonnes du portail peint

Les sculptures

     -  Les éléments architecturaux du portail Montfalcon

      -  Le remplage de la rose, du XIIIe siècle

      - Les chapiteaux romans, du début du XIIe siècle

      - Les chapiteaux gothiques

      - Les vestiges du cloître, du XIIIe siècle

      - Les mascarons des tourelles du beffroi, de 1569 à 1574

      - Les copies des statues colonnes du portail peint, de 1922-1926