Abbayes (tir)

Description

Dans le canton de Vaud, le mot "abbaye" contient deux sens tout à fait particuliers:

  • de confrérie de tireurs

  • de fête de tir

Remontant pour certaines au Moyen Age (Milice bourgeoise de Grandcour, 1381), les abbayes-sociétés sont des associations volontaires (de tir à l’arc, puis à l’arquebuse et au fusil) qui offraient des prestations paramilitaires (maintien de l’ordre public et défense des terres). Durant l’Ancien Régime, Berne les favorise, y voyant une institution des plus utile, et le peuple les apprécie car leurs fêtes sont une des rares occasions de s’amuser et de danser.

Le XIXe siècle voit les abbayes s’adapter et la seconde moitié du XXe siècle consacre le passage de l’exercice militaire à une compétition sportive, qui se veut fraternelle et patriotique.

Les abbayes-fêtes de tir varient d’une fréquence annuelle à quinquennale. Elles ont pour but l’émulation entre les tireurs. Si les meilleurs reçoivent des prix en argent ou en nature (la vaisselle en étain est un must), ils y gagnent surtout en honneur. Toutes les abbayes ont leurs particularités (exclusivité ou non, Mise de la cave de la Milice à Grandcour, jour férié supplémentaire à Payerne), et des constantes : elles se déroulent sur 1, 2 ou 3 jours entre mai et août, les tirs ont lieu sur plusieurs cibles et, après la distribution des prix, un cortège, un banquet et un bal sont en général organisés.
La société de jeunesse est volontiers associée à la fête, comme toute la communauté.

Depuis les années 1990, les abbayes s’ouvrent aux dames. En plus des tirs locaux, elles organisent 2 fêtes de tir générales : le Grand Tir des abbayes vaudoises (tous les 4 ans – 2010 : Mathod) et le Tir d’Aï (annuel, le dernier dimanche de juin).

Dans le canton de Vaud

Tout le canton.
177 abbayes recensées en 2016

Remarque

Tradition vaudoise fortement implantée et très important ancrage dans l’histoire vaudoise.