Politique d'acquisition de la bibliothèque

La bibliothèque des ACV compte près de 34 000 titres catalogués, sans compter les ouvrages des nombreuses bibliothèques particulières assimilées à des fonds d'archives. Elle apporte à RERO (Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale) de nombreux titres pas ou peu représentés.

En raison de la modestie de leur budget, les achats sont limités à moins de 200 monographies et à une centaine de périodiques. Les autres modes d’accroissement (dons, échanges, tris de fonds d'archives) représentent 70% des entrées. La politique d’acquisition s’accompagne donc nécessairement d’une politique de valorisation d’ouvrages qui parviennent par des biais très variés (bibliothèques personnelles ou d’institutions léguées aux ACV, collections de périodiques issus des échanges de la Société vaudoise  d’histoire et d’archéologie ou du Cercle vaudois de généalogie, etc.).

Les Archives cantonales vaudoises sont soucieuses d'enrichir RERO de leurs apports originaux, notamment en intégrant les dépouillements systématiques de plusieurs périodiques, le détail de sommaires d'ouvrages dont le contenu ne ressort pas du titre, et en cataloguant au niveau du dossier les éléments composant la Section documentaire communale au sein de leur bibliothèque (voir les cotes BRB 7001 à BRB 7338). Par contre, elles évitent de cataloguer les articles de journaux dont les collections sont numérisées et consultables en ligne, et les publications, périodiques et séries qui relèvent davantage des missions d'acquisition des autres bibliothèques de RERO-Vaud.

Les domaines que l’on peut qualifier de pôles d'excellence de la Bibliothèque des ACV sont les suivants : 

  • Histoire vaudoise

L’existence d’un dépôt légal cantonal à la BCU offre un point d’accès privilégié aux publications de caractère vaudois. La bibliothèque des ACV se concentre sur ses grands domaines de prédilection, fédérés par la connaissance du passé (études historiques à proprement parler et ouvrages pouvant servir de source aux historiens). Elle ne recueille donc pas les journaux et périodiques, autres qu'administratifs et de contenu historique. De par ses liens constants avec les chercheurs et les services de l’administration cantonale, elle est à même d’offrir un accès à de nombreuses publications ayant échappé au dépôt légal (littérature grise, rapports, périodiques édités par l’administration, certains mémoires de licence, etc.). La collection de monographies communales vaudoises tente d’être aussi complète que possible. 

  • Histoire des autres cantons suisses et des régions limitrophes

Les centres d’intérêt extérieurs au canton de Vaud sont nécessairement restreints. Les ACV proposent néanmoins des publications de référence de nature historique, des travaux de synthèse et de valeur comparative. L’évolution historique du territoire qui oblige dans le cas du canton de Vaud, à tenir compte par exemple des publications sur la Maison de Savoie et le canton de Berne. La Suisse romande, la France et l’Italie voisines sont aussi relativement privilégiées. L’histoire des cantons alémaniques, relativement peu présente dans le catalogue RERO est accessible aux ACV à travers de remarquables collections de périodiques cantonaux d’histoire dont les premiers numéros remontent généralement au 19e siècle.

  • Mémoires de licence et travaux réalisés à partir de sources

La bibliothèque d’un dépôt d’archives doit être le reflet de la recherche sur les fonds d’archives. On s’emploie donc à faire entrer les travaux rédigés à partir des sources conservées aux ACV, tout particulièrement les mémoires de licence. Depuis 1996, les étudiants et les chercheurs sont invités à déposer un exemplaire de leurs travaux à la bibliothèque. Les publications intégrales de sources sont également recherchées, que celles-ci soient conservées aux ACV ou dans d’autres dépôts d’archives liés de près ou de loin à l’histoire du canton de Vaud.

  • Sciences auxiliaires de l’histoire

L’archivistique, la diplomatique, la généalogie, l’héraldique et les autres domaines des sciences auxiliaires de l’histoire sont un des autres pôles d’excellence de la bibliothèque des ACV. Très spécialisés, ces ouvrages ne font pas toujours partie des politiques d’acquisition des autres bibliothèques. Les publications vaudoises, suisses et limitrophes sont naturellement favorisées sans toutefois que les publications de référence à un niveau international soient rejetées. La bibliothèque professionnelle complète les parts mises à disposition des usagers des ACV. Elle offre des aspects originaux pour le réseau.

  • Usuels de recherche historique

La bibliothèque doit permettre d’accéder plus aisément aux fonds d’archives par des instruments de recherche appropriés (encyclopédies générales, dictionnaires anciens et contemporains, manuels, annuaires, glossaires, inventaires d’archives publiés, concordances, ouvrages de paléographie, etc.) 

  • Brochures et informations complémentaires aux sources archivistiques

La bibliothèque doit faire le lien entre ce qui existe sur les fonds d’archives et ce qui pourrait en être fait. Elle en est la « partie avancée » et devrait mettre à disposition les publications de synthèse ou historiques sur les producteurs des fonds d’archives conservés. Elle doit permettre de renseigner l’usager sur des points d’histoire que les fonds d’archives ne permettent pas encore de documenter. C’est d’autant plus souvent le cas que la période d’investigations est récente. 

  • Publications de l’Administration cantonale vaudoise

Les ACV doivent pouvoir répondre des publications de l’Administration cantonale vaudoise ; à défaut, elles doivent s’assurer qu’elles sont conservées dans le Réseau vaudois des bibliothèques ou dans les centres de documentation de l’Administration cantonale. 

  • Livres et périodiques antérieurs à 1900

Sans être exhaustive, la bibliothèque des ACV a des atouts indéniables à faire valoir en matière de publications antérieures à 1900. Des ouvrages rares sont régulièrement découverts lors du tri de fonds d’archives. D’autres, depuis longtemps inventoriés, sont susceptibles d’être un jour intégrés au catalogue RERO.

On le voit, il s’agit ici davantage de valoriser ce qui dort au fond des dépôts des ACV que d’acquérir au prix fort des livres relativement rares. Les dons sont naturellement les bienvenus ! 

Certains pôles d’excellence importants pour la recherche historique sont mieux représentés dans d’autres institutions du Réseau vaudois. Ainsi, à quelques exceptions près, les quotidiens ne sont pas conservés aux ACV. Ils peuvent être consultés à la BCU, site de la Riponne ou aux Archives de la Ville de Lausanne.

Dans le domaine du multimédia, la politique d’acquisition des ACV est actuellement embryonnaire. Ainsi, les documents se trouvant déjà dans d’autres institutions (Archives de la Ville de Lausanne, BCU, Bibliothèque nationale, Cinémathèque suisse, etc.) ne seront acquis que s’ils ont un lien direct avec des fonds d’archives conservés aux ACV. La bibliothèque des ACV n’est pas non plus partenaire d’un projet de numérisation d’ouvrages anciens tirés de ses collections.

Chavannes-près-Renens, le 3 juin 2013

Jean-Luc Wermeille, bibliothécaire, Gilbert Coutaz, directeur