Colloques des archivistes de l'arc alpin occidental

Introduction générale

Les archivistes de l’Arc alpin occidental (Suisse romande, régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, Val d’Aoste, Ligurie et Piémont)ont pris l'habitude de se réunir, chaque trois ans, dans une des régions des participants. Les Archives cantonales vaudoises  ont accueilli à deux reprises un colloque,en mars 2004 et en  juillet 2015.

L'initiative de telles rencontres revient à un groupe d’archivistes français venant de Savoie lorsqu'ils furent reçus à Turin par les collègues italiens du Piémont et du Val d’Aoste, pour un échange d’opinions sur des questions d’intérêt réciproque. Evidemment travailler dans des régions qui ont appartenu au même royaume de Sardaigne jusqu’au milieu du 19e siècle et auparavant au duché de Savoie, fournissait aux archivistes des deux versants des Alpes un premier terrain d’accord sur l’histoire institutionnelle commune et de fortes analogies dans les modalités de formation des fonds archivistiques.

La rencontre de Turin avait aussi une autre signification importante. Il s’agissait en effet de dépasser les polémiques qui avaient accompagné l’application du traité de paix de 1947. Dans cet acte, pour des raisons strictement politiques, le démembrement de certaines séries anciennes des archives centrales de l’état savoyard déposées aux Archives d’Etat de Turin avait été prescrit, ainsi que le transfert de ces documents aux archives départementales des Alpes Maritimes, de Haute-Savoie et de Savoie, pour les territoires devenus français. Même si la blessure des archivistes italiens était encore récente, cela servit à retisser des rapports cordiaux et personnels, que ce soit par la communauté professionnelle ou le cadre historique et culturel partagé.

Les différents colloques

1.   Ajaccio, 14-16 octobre 1993 : “ Institutions et archives de ci et de là des Alpes jusqu’au milieu du XXe siècle : Formation et traitement des fonds archivistiques ; évolution et discontinuité ”.

Sur la base de l’histoire institutionnelle partagée, ou en tous les cas de liens historiques étroits entre régions voisines, l’on se propose de mettre en commun les connaissances respectives sur l’histoire administrative et de confronter les méthodes de traitement de fonds d’archives qui présentent des aspects analogues. Les difficultés qui se présentent dans la pratique archivistique lorsqu’il faut appliquer les principes de respect des fonds et de respect de l’ordre d’origine apparaissent clairement. Le colloque affronte les thèmes en trois sessions, respectivement dédiées aux archives des organes étatiques et locaux, des institutions hospitalières et ecclésiastiques.

Les actes de ce congrès ont été publiés sur le n° 1-2, année X (1996), de la revue de l’Association nationale archivistique italienne“ Archivi per la Storia ”, Florence, Le Monnier, 1996.

 

2.   Turin, 26-28 septembre 1996 : “ Les Archives et leurs usagers ”

Le but est de faire le point sur le problème de la diversification de l’utilisation des archives, pour être en mesure de faire face à l’évolution et de ne pas se contenter de la subir. L’analyse des facteurs structuraux, généraux et locaux, comme la présence ou pas d’une université, est mise en relation avec les structures et les modalités d’accueil du public (y compris les recherches par correspondance), l’influence de la demande sociale et la disponibilité des nouvelles technologies. Tout ceci est évalué en rapport à la préparation, la spécialisation et la formation continue des archivistes, aux tentatives d’orienter (et parfois aussi de former culturellement) ceux qui fréquentent les salles d’études, à la réalisation de nouveaux travaux de classement et d’inventorisation, à l’utilisation de nouvelles méthodes de consultation à distance d’instruments de recherches et de reproductions digitales. Enfin, on se demande jusqu’à quel point les demandes du public (des différents types de public) doivent conditionner la politique à adopter, et comment sauvegarder les principes auxquels on ne peut pas renoncer face aux pressions contraires. Les conditions d’accueil et de travail du public (jusqu’au paiement  de certains services) ont été discutées, ainsi que la protection des documents, que ce soit des dommages physiques pendant la consultation, de la communication abusive s’ils sont confidentiels, ou d’obstacles inopportuns à l'accès s’ils sont consultables.

 

3.   Lyon, 23-25 septembre 1999, “ Démocratique transparence et nécessaire secret, bilan et discussion autour de l’évolution de la législation en France, en Suisse et en Italie ”

Le troisième colloque des Archives de l’Arc alpin porte sur un thème suffisamment important pour attirer l’intérêt de toutes les communautés archivistiques nationales des pays respectifs. Par ailleurs, le cadre organisationnel, particulièrement bien doté en ressources, a contribué à donner à l’événement une portée nettement plus marquée que les fois précédentes.

 

4.  Chavannes-près-Renens/ Lausanne, 11-12 mars 2004, « Identités régionales »

5.   Susa (Torino),  14-16 sep. 2008, « Formation, organisation, gestion et utilisation des archives historiques des Communautés religieuses de base »

Le colloque s’est intéressé à l’organisation des archives religieuses historiques et contemporaines (catholiques, protestantes, islamiques, juives). La plupart des communications ont mis en évidence l’intérêt historique et documentaire pour la lecture et l’interprétation des événements sociaux d’une communauté. La question de l’enjeu des archives religieuses au moment de la constitution des états civils nationaux a été étudiée en mettant en avant les enjeux historiques du respect des fonds.

Les actes ont étés publiés sous le titre Formazione, organizzazione, gestione e utilizzo degli archivi storici delle Comunità religiose di base par le Centro Culturale Diocesano di Susa en 2010.

 

6.   Chambéry, 5-6 juillet 2013, « Sources d’histoire du climat et de l’environnement »

 La question de l’histoire de l’environnement et du climat est désormais durablement sous les feux de l’actualité et au coeur des enjeux politiques et sociaux à l’échelle mondiale. Les milieux alpins occupent une place remarquable dans ces débats, aussi bien en raison de la sensibilité particulière du milieu montagnard aux changements climatiques qu’au regard des conséquences spécifiques pour l’économie et les populations de nos régions. Il suffit de penser à la fameuse question du recul des glaciers, mais aussi à la botanique, à l’hydro-électricité, à la pérennité des stations de ski, aux traversées alpines routières et ferroviaires, la liste n’est pas limitative.

Les actes ont été publiés dans La Gazette des archives, n° 230 / année 2013-2.

 

7. Chavannes-près-Renens/Lausanne, 2-3 juillet 2015, « Entre nature et culture, le paysage : sources d’archives et projets de mise en valeur »