Epoque romaine: la villa romaine d'Yvonand-Mordagne

<i>Plan d'ensemble de la villa, état 2015. © Archéologie cantonale, Y. Dubois</i>
plan de la villa
<i>Restitution du péristyle de villa. © Bernard Reymond</i>
Dessin au trait montrant la cour intérieure de la villa, avec sa colonnade et ses peintures murales.
<i>Photo aérienne de Mordagne. Au centre, plusieurs pièces de la villa se dessinent nettement. © Archéologie cantonale</i>
Dans les champs, des traces bien visibles matérialisant les murs de la villa conservés dans le sous-sol.

PANNEAUX D'INFORMATION SUR PLACE

Située sous l'actuel hameau de Mordagne et s'étendant sur près de 10 ha dans la plaine alluviale de la Mentue, la villa a fait l'objet de plusieurs programmes de recherches et d'interventions d'urgence depuis 1976.

Implantée sur la rive gauche de la rivière dans la première moitié du 1er siècle de notre ère, la villa connut plusieurs agrandissements et s’est développée en direction du lac. Dans son extension maximale, au 3e siècle, elle se composait d'une somptueuse pars urbana, la demeure du propriétaire, située sur la rive du lac, et égrainait thermes et exploitation agricole, la pars rustica, sur près de 500 m le long des méandres de la Mentue. Au sud de l'enclos de la villa, non loin sans doute de la route reliant Yverdon-Eburodunum à Avenches-Aventicum, existait un sanctuaire consacré à une divinité féminine, dont la fouille a livré la tête et les fragments d'un trône ouvragé.

Depuis le 18e siècle, le site a été le lieu de découvertes spectaculaires: mosaïques, bronzes, monnaies, petits objets. La pars urbana, plus menacée car dans l'emprise du hameau, a ainsi concentré les interventions de fouille. Cet ensemble résidentiel s’articulait autour d'un vaste péristyle à fontaine centrale; il était surtout baigné par le lac, sur lequel ouvraient de grandes pièces ornées de mosaïques. Les vestiges de sa riche ornementation – mosaïques, colonnes toscanes et corinthiennes du péristyle, fresques de différents locaux – permettent de reconstituer les espaces d'apparat majeurs de la demeure, d'en restituer l’élévation et le programme décoratif.

Suite à un violent incendie de la villa entre la seconde moitié du 3e et la première du 4e siècle, l’occupation se concentra, jusqu’au 6e siècle au moins, autour de trois édifices bâtis dans les décombres de la pars urbana. Cette dernière est à l’origine de l’actuel hameau de Mordagne, témoignant de la permanence de l’habitat depuis plus de 1900 ans.

Sur place, un panneau d'information archéologique signale l'existence de la villa et en explicite les vestiges. Le mobilier et les décors sont présentés au Musée d'Yverdon & région.


Site officiel: d’autres informations sur le site internet de l'Association pour la promotion du site romain d'Yvonand-Mordagne (www.apym.ch).